top of page
  • Photo du rédacteurambassadeurs environnement

Formée et rassemblée, que propose la jeunesse française dans les négociations à la COP 28 ?

A l’occasion de la COP 28, les Jeunes ambassadeurs pour l'environnement ont participé à la création d’un évènement sur le Pavillon français aux côtés de CliMates, le Réseau Étudiant pour une Société Écologique et Solidaire (RESES) et les Jeunes Ambassadeurs pour le Climat (JAC). 


L'événement comprenait une table ronde intitulée "Formée et rassemblée, que propose la jeunesse française dans les négociations internationales à la COP28 ?" dans le but de porter le plaidoyer construit lors de la Local Conference Of Youth (LCOY) qui a eu lieu en septembre dernier. 


La LCOY : Former et influencer les négociations Climat


Le 23 et 24 septembre 2023 s’est tenue la deuxième édition de la LCOY, une COP destinée aux jeunes, locale et inclusive, durant laquelle des ONG et plusieurs centaines de jeunes ont co-construit un plaidoyer et des recommandations à l’intention des décideurs. Les jeunes ont souligné plusieurs axes majeurs de leur engagement, mettant en lumière les enjeux cruciaux liés à l'équité, la transparence des financements ou encore à la biodiversité. 


La table ronde à la COP 28 


Les représentants des associations présentes à la COP 28 ont porté le plaidoyer des jeunesses en France et ont partagé les différentes recommandations adoptées lors de la LCOY. 


Manque de représentativité : Les jeunesses de la LCOY France 2023 ont souligné le manque de représentativité au sein des négociations. Les femmes représentent seulement 38% des membres de délégation et 13% des chefs de délégation. Il est nécessaire d’inclure davantage de femmes, de jeunes mais aussi des personnes issus de peuples autochtones. De plus, pour davantage d’inclusivité, les jeunes proposent que les participations et pouvoirs décisionnaires soient pondérés en fonction de l’exposition aux conséquences des changements climatiques. 


Transparence et conflits d’intérêt : 2 456 lobbyistes reliés aux énergies fossiles étaient présents lors de la COP 28. Ce chiffre est 4 fois plus élevé que celui de l’année dernière. C’est pourquoi les jeunesses de la LCOY ont porté des recommandations afin d’assurer plus de transparence et redonner de la crédibilité aux négociations. Pour ce faire, il est nécessaire de renforcer le processus de déclaration des intérêts avec un encadrement plus rigoureux des accréditations. Les ONG devraient divulguer leurs liens avec les industries fossiles ou agro-alimentaires dans un registre public et facilement accessible. 


Biodiversité : Conscients des liens étroits qui unissent la lutte contre le changement climatique et la lutte contre l’érosion de la biodiversité, les jeunesses de la LCOY ont appelé à une meilleure prise en compte de la Convention sur la diversité biologique au sein des négociations climatiques. Les jeunes ont suggéré l’intégration des conclusions des COP Biodiversité lors des sommets internationaux sur le climat ou encore la mise en place d’un dialogue entre l’IPBES et le GIEC. 


3 vues0 commentaire
bottom of page