RESTAURATION ECOLOGIQUE A LA REUNION

Six jeunes réunionnais aux profils très diverses réunis par une aspiration commune : préserver la riche biodiversité de leur île

Ce projet a réuni six jeunes réunionnais de la ville de la Possession pour qui la préservation de notre patrimoine naturel est une priorité et doit donner lieu à des engagements concrets de terrain. En effet, les territoires d’Outre-Mer abritent 80% de la biodiversité française. Notre responsabilité est grande quant à la préservation de la biodiversité présente sur notre île face aux pressions liées aux activités anthropiques de plus en plus prégnantes.

Nos projets de terrain : agir sur terre et en mer en faveur de la préservation de la biodiversité

La biodiversité insulaire est très vulnérable face aux actions humaines : destruction et fragmentation des habitats naturels, introduction d’espèces exotiques envahissantes, action directe du braconnage ou indirecte de certains usages (pollution chimique, lumineuse, plastique, etc.). On déplore ainsi 30 % de la flore vasculaire (soit 275 espèces) et 22 % de la faune vertébrée terrestre en voie de disparition, le niveau d’urgence est donc très élevé pour la conservation de la nature réunionnaise, d’autant que de nombreuses espèces ont déjà disparu (à titre d’exemple, 30 % des oiseaux endémiques sont éteints) et que les écosystèmes primaires de l’île ne représentent plus que 40 % de la surface totale. Ces écosystèmes primaires bénéficient depuis 2007 d’une protection renforcée grâce à la création du Parc National de La Réunion. Les récifs coralliens subissent globalement des pressions similaires et l’on constatait déjà en 2009 qu’un tiers des espèces du récif étaient menacées et vulnérables. Afin d’améliorer leur état de conservation, une partie des récifs de La Réunion ont été intégrés dans la Réserve Naturelle Marine de La Réunion.

Face à ce constat alarmant, des actions de protection, de restauration et de sensibilisation doivent être mises en œuvre. Les deux grandes problématiques actuelles sont, d’une part, le remplacement des espèces terrestres endémiques par des espèces exotiques envahissantes, dégradant fortement le paysage visuel, et d’autre part, le manque de connaissance sur certaines espèces et écosystèmes du récif frangeant.

Ainsi, à leur échelle, les jeunes ont décidé d’agir pour contribuer à restaurer certains écosystèmes en état de vulnérabilité et pour accroitre la connaissance de la société civile sur la diversité écosystémique et taxonomique.

  • Le projet terrestre 

La ravine Balthazar

La commune de La Possession coordonne le projet « Latania » qui consiste à restaurer de manière écologique pendant 2 ans une ravine dégradée (située en pleine zone urbanisée) par les espèces exotiques envahissantes et qui abrite notamment l’une des dernières populations du Latanier rouge (Latania lontaroides de son nom scientifique est un palmier endémique de La Réunion et en danger critique d’extinction). Cette ravine constitue une relique de forêt sèche qui est actuellement l’écosystème le plus menacé de disparition sur l’île de La Réunion. En effet, il ne reste que moins de 1% de cet habitat à l’échelle de l’île. Le projet Latania vise à lutter contre les espèces exotiques envahissantes sur une surface de 1,5 hectare, réintroduire 30 000 plantes indigènes de La Réunion inféodé à la forêt sèche et sensibiliser le public à la préservation du site.

      Ravine Balthazar                                             Jeunes lataniers de la ravine Balthazar

Les Jeunes ambassadeurs réunionnais, ont soutenu ce projet en mobilisant les habitants des quartiers alentours à la préservation du site. Nous avons œuvré sur la zone de restauration de la Ravine de Balthazar. Pour cela, ils ont mobilisés ainsi que des habitants des quartiers limitrophes à la ravine que nous avons mobilisé par le biais d’une campagne d’information auprès des écoles de quartiers avec collage d’affiches et distribution de tracts de mobilisation.

 

Nos objectifs étaient de :

  • Contribuer aux côtés des citoyens à la restauration de la ravine Balthazar

  • Contribuer à la réintroduction d’espèces endémiques dans ce site

  • Accroitre la conscientisation des habitants vis-à-vis des impacts de leurs activités et des activités entropiques sur les écosystèmes de proximité

  • Accroitre la connaissance des habitants des espèces endémiques vulnérables qui les entourent et de leur valeur écosystémique.

  • Le projet marin

Le récif frangeant de La Réunion

Le récif frangeant de La Réunion s’étend sur un linéaire côtier de 25 km à l’ouest et au sud de l’île. Il abrite une grande diversité d’espèces, dont plusieurs espèces de coraux et d’holothuries et une espèce de phanérogame qui structure les herbiers marins. Le récif frangeant de La Réunion fait face à de nombreuses pressions anthropiques (rejet des eaux usées, dégradation physique, pollution plastique, etc.) et naturelles (cyclones, houles) fragilisant son état de santé (perte de biodiversité, etc.). Par exemple, les coraux sont fortement dégradés et les herbiers marins ont vu leur superficie diminuée au fil des dernières années. Au contraire, les holothuries, organismes marins moins connus, forment de grandes zones de concentration d’individus.

                              Photo d’holothurie prise lors de la                       Photo d’herbier marin prise lors de la

randonnée aquatique                                              randonnée aquatique

Les Jeunes Ambassadeurs pour l’Environnement à La Réunion proposent de sensibiliser différents acteurs (usagers de la mer, locaux, touristes et élèves) sur l’importance des coraux, des herbiers et des holothuries. Ils ont eu à cœur de sensibiliser sur la fragilité des espèces et habitats présents dans le récif corallien par le biais de l’apprentissage des gestes de conduite éco-responsables aussi auprès d’un grand public de la commune de La Possession et de la commune de Saint-Paul (Bourg de Dos d’Ane et les différents îlets situés dans le cirque de Mafate où l’accès ne se fait qu’à pied).

Nos objectifs étaient de :

  • Organiser une randonnée aquatique : randonnées aquatiques d'une heure pour découvrir le récif frangeant de La Réunion au nord de l'Hermitage.

  • Organiser des ateliers d'information sur la plage : sensibilisation aux coraux, herbiers et holothuries ainsi qu'aux bonnes pratiques éco-responsables lors de sorties sur la plage (nord et sud de l'Hermitage, La Saline).

Au-delà du projet de terrain : participation au Congrès Mondial de la Nature de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature en septembre 2021 à Marseille

Un temps spécial Jeunes Ambassadeurs a été organisé aux Espaces Génération Nature du Congrès, espace ouvert au public. Ce temps a été l’occasion de faire connaitre les initiatives des Jeunes Ambassadeurs au grand public, de donner la parole aux jeunes désireux de s’engager concrètement en faveur de la préservation de la biodiversité de proximité, de valoriser les actions d’étudiants de la région et de jeunes ultramarins engagés pour la préservation des écosystèmes locaux.

Dans ce cadre, les jeunes ont réalisé un film de 4 :30’ qui a été diffusé lors de cette conférence Jeunes Ambassadeurs. Ce film retrace leur engagement en faveur de la biodiversité de leur ile et leurs initiatives en faveur de la restauration de la Ravine Balthazar ainsi que leurs travaux de sensibilisation du grand public à la préservation des holothuries.

Screenshot 2022-06-21 at 14.50.41.png
Screenshot 2022-06-21 at 14.50.46.png
Screenshot 2022-06-21 at 14.50.57.png
Screenshot 2022-06-21 at 14.50.25.png
Screenshot 2022-06-21 at 14.50.08.png
Screenshot 2022-06-21 at 14.50.13.png