• wehrlingyann

Sohan, Jeune Ambassadeur pour l'Environnement au Sommet mondial de la Jeunesse de l'UICN

‘’ Originaire de l’île de La Réunion, la faune et la flore indigène et extraordinaire de ce territoire a suscité depuis mon enfance le désir de la protéger face aux nombreuses menaces pesant sur elles.


Bien que désireux de protéger les espèces et leurs écosystèmes, il fut tout d’abord nécessaire de les comprendre. L’obtention d’un master en Biodiversité, Écologie et Évolution spécialisé en Écosystèmes Tropicaux Terrestre en 2017 à l’Université La Réunion fut l’une des étapes clés pour espérer atteindre ce but. Au cours de ce master, le choix de stages accès sur la conservation des espèces ou des écosystèmes (développement de nichoirs artificiels de pontes pour gecko, évaluation de la première lutte biologique contre une espèce envahissante en milieu naturel) fut donc primordial. Ces stages et ce cursus m’ont ainsi délivré les outils nécessaires pour être un écologue polyvalent.

En parallèle, un investissement colossale dans des bénévolats en botanique/ornithologie/restauration écologique/herpétologie en partenariats avec de nombreuses structures et associations en environnement fut nécessaire afin d’aiguiser des compétences existantes et d’en obtenir de nouvelles. Certains bénévolats effectués dans d’autres écosystèmes insulaires (Nouvelle-Zélande, Comores) m’ont permis de mener des actions de protection de la biodiversité tout en enrichissant mes connaissances en tant que jeune écologue.


Depuis 2019, je développe et coordonne plusieurs projets relatifs à la biodiversité et à la restauration écologique au sein de la commune de La Possession en tant que chargé de mission biodiversité au sein de la Direction de l’Environnement. L’une de mes missions principales consiste à restaurer une ravine (la Ravine Balthazar) abritant une relique de forêt sèche qui est dégradée par les pestes végétales et de permettre la sauvegarde des plantes endémiques menacées d’extinction qui s’y trouvent dont le Latanier rouge (Latania lontaroides). Ainsi, 30 000 plantes endémiques et indigènes seront réintroduites sur une surface 1,5 hectare. Par le biais de mon poste et des Eco-Maires, j’ai ainsi eu l’opportunité en 2020 de devenir un jeune ambassadeur de l’environnement afin de mobiliser le grand public pour mettre en place des actions favorables au maintien de la biodiversité au sein du territoire réunionnais. L’un de mes objectifs actuels en tant que jeune ambassadeur de l’environnement est de favoriser les plantations d’espèces endémiques ou indigènes de La Réunion au sein des jardins des habitants afin de limiter le braconnage en milieu naturel tout en sensibilisant le public à la fragilité de la flore de la forêt sèche.



Pour réaliser cela, la sensibilisation de la population locale passera par des dons de graines via des récoltes effectuées par les jeunes ambassadeurs mais également des ateliers de plantations d'espèces indigènes et endémiques avec le public. Face aux risques d'extinctions que subissent la faune et la flore et le phénomène du réchauffement climatique, j'espère via ce projet faire prendre conscience à la population que nous avons encore des moyens d'agir à notre échelle. ‘’

55 vues0 commentaire